Le centre EPIDE du Gard s’installera à La Grand-Combe
  • image
    Les anciens locaux de l’Afpa (7 000 m²) vont être réhabilités.
  • image
    Les anciens locaux de l’Afpa (7 000 m²) vont être réhabilités.
  • image
    EPIDE de La Grand-Combe
 
Le centre EPIDE du Gard s’installera à La Grand-Combe
Le 20e centre du genre en France, 1er dans le Gard, sera créé dans les anciens locaux de l’Afpa à La Grand-Combe. Ce dispositif d’insertion sociale et professionnelle offrira 150 places aux jeunes de 18 à 25 ans, peu ou pas qualifiés et sans emploi.
 

Décidée ce jeudi 27 avril par le conseil d’administration de l’EPIDE, l’ouverture d’un 20e centre à La Grand-Combe intervient en même temps qu’ouvre le 1er centre en Occitanie, à Toulouse. La structure est très attendue dans le Gard qui est le quatrième département de France le plus touché par le chômage.
L’EPIDE est une solution d’insertion pour les jeunes les plus éloignés de l’emploi. Il propose un modèle de prise en charge original et particulièrement adapté à ces jeunes, reposant sur la pédagogie de l’alternance. Au sein du centre, ils bénéficient d’un accompagnement global et individualisé, dispensé par une équipe pluridisciplinaire. Les périodes de stages font partie intégrante du parcours et permettent à chaque jeune, progressivement, de déterminer, puis de confirmer, son projet professionnel.

Une ouverture prévue début 2019

« Nous avons reçu un accueil très favorable dans le département où deux collectivités, Alès Agglomération et Nîmes Métropole, ont souhaité accueillir ce centre, confie Nathalie Hanet, directrice générale de l’établissement. Des arguments budgétaires ont motivé le choix en faveur du projet porté par Alès Agglomération. Je me réjouis d’avancer avec eux sur ce projet ». C’est donc à La Grand-Combe, dans les anciens locaux de l’Afpa (7 000 m²), aujourd’hui désaffectés et murés, que le centre EPIDE s’installera, a priori début 2019.

« Je suis très heureux de cette décision qui participera à la redynamisation de La Grand-Combe, commune qui vient juste de rejoindre l’Agglomération d’Alès, et surtout qui permettra l’accompagnement de nombreux jeunes en difficulté et la création d’emplois, partage Max Roustan, président d’Alès Agglomération. Alès Agglomération se met déjà au travail pour mener à bien ce beau projet ».

150 places ouvertes aux jeunes

Le dossier défendu par Alès Agglomération, avec le soutien des députés Fabrice Verdier et William Dumas, présentait en effet de nombreux atouts : situé à proximité d’Alès, le centre sera relié par une navette mise à disposition par le Syndicat mixte des transports de l’agglomération d’Alès (SMTBA). Il sera dès lors accessible aux jeunes de 18 à 25 ans des principales villes alentour. 150 places seront ouvertes à un public peu ou pas qualifiés et sans emploi. Outre les jeunes d’Alès Agglomération, ceux de Nîmes, Montpellier, Mende et Narbonne pourront également y accéder en 50 minutes à 2h20 au maximum.
L’accompagnement qui sera bientôt proposé sur l’Agglo fait ses preuves dans les 19 autres centres en France puisque 52 % des volontaires quittent l’EPIDE avec un emploi ou une formation. Lorsque ces jeunes s’accrochent pour aller jusqu’au bout du parcours, ils sont même 85 % à sortir de l’EPIDE en situation d’emploi de plus de deux mois ou de formation qualifiante.

À propos de l’EPIDE

Placé sous la tutelle des ministères chargés de l’Emploi et de la Ville, l’EPIDE (Établissement pour l’insertion dans l’emploi) est un acteur reconnu de l’insertion des jeunes de 18 à 25 ans sortis du système scolaire, sans diplôme ni qualification professionnelle. Dans ses 19 centres actuels, ces jeunes – les volontaires de l’EPIDE – sont accueillis en internat, dans un cadre structuré, où ils vivent les valeurs de la République au quotidien.
Construire et réussir son projet professionnel, acquérir une formation générale et spécialisée, apprendre à prendre soin de soi et des autres sont les objectifs partagés par les volontaires et les 1 100 professionnels qui les accompagnent.
La force de l’EPIDE, c’est aussi son réseau de partenaires. Un nombre toujours croissant d’employeurs accorde sa confiance aux volontaires en leur proposant un stage ou un emploi.
Depuis sa création en 2005, l’EPIDE a formé près de 30 000 citoyens responsables.

Un dispositif d’insertion exigeant

L’EPIDE accueille les volontaires en internat de semaine et leur propose un programme d’activités très dense. Levés à 6h, les jeunes participent ensuite, de 8h à 19h, à des activités de formation, d’insertion et d’éducation à la citoyenneté. Des activités culturelles sont ensuite proposées jusqu’à 22h. Enfin, les volontaires bénéficient d’un accompagnement sanitaire et social.

www.epide.fr

 
vendredi 05 mai 2017
 
 
 
A lire aussi...
7e Semaine de l’Industrie : rencontrez les professionnels du bassin alésien
Décrochez votre job estival le 13 avril
La Mission Locale Jeunes d’Alès prend position dans les hauts cantons
Alès : les saisonniers sont là
METRO investit 4 M€ sur Alès
Le centre EPIDE du Gard s’installera à La Grand-Combe
À Salindres, Iris s’agrandit et embauche